Homosexualité et Bisexualité

Qu’est-ce que l’Homosexualité et la Bisexualité ?

       Qu’est-ce que l’homosexualité ?

C’est l’orientation sexuelle des personnes qui éprouvent de l’attirance émotionnelle, physique et/ou sexuelle pour une personne du même sexe.

Ces liens amoureux et sexuels peuvent être ritualisés, condamnés, marginalisés ou tolérés.

 

Ils sont connus depuis l’Antiquité grecque et présents dans toute société, même dans celles qui les nient avec le plus de force.

L’homme homosexuel ou Gay est attiré par d’autres hommes.

La femme homosexuelle ou Lesbienne est attirée par d’autres femmes.

Depuis plusieurs dizaines d’années, le mot anglais Gay s’impose dans le monde entier et dans toutes les langues pour désigner les personnes homosexuelles.

En France, il désigne spécifiquement les hommes homosexuels.

       Qu’est-ce que la bisexualité ?

C’est l’orientation sexuelle des personnes qui éprouvent de l’attirance émotionnelle, physique et/ou sexuelle aussi bien pour les femmes que pour les hommes.

Comment avez-vous découvert votre homosexualité ?

Qu’ils soient hommes ou femmes, que leur révélation ait été précoce ou tardive, la plupart évoquent une sorte de petite voix intérieure qui grandit jusqu’à devenir certitude.

§  Comment sait-on que l’on est homosexuel ? Suis-je homosexuel ?

S’il est une question inévitable, c’est bien celle qui porte sur le caractère définitif ou non de son orientation sexuelle.

 

Au début de la vie sexuelle, une expérience entre hommes ou entre femmes peut se produire.

Même si elle est satisfaisante, cette seule pratique ne saurait constituer une « preuve » d’homosexualité. L’adolescence étant par excellence une période de recherche identitaire, nombre de jeunes sont perturbés par l’absence de repères.

 

Pour de nombreuses femmes, la première expérience homosexuelle, même si elle est émotionnellement intense, n’est pas vécue comme une remise en question profonde de ses valeurs, contrairement aux hommes qui, dans leur ensemble, témoignent d’un sentiment de transgression culturelle et sociale très déstabilisant. Une différence qui pourrait s’expliquer par un regard social moins tolérant sur l’homosexualité masculine.

 

Comment identifier alors clairement son homosexualité ? Comment faire la différence entre simple fantasme et vrai désir, entre attirance passagère et manifestation de son être profond ?

 

Au-delà de la diversité des expériences, il semblerait que le seul critère qui fonde la certitude de son orientation sexuelle profonde soit celui du ressenti. C’est comme une évidence qui finit par s’imposer une fois que l’on a accepté l’idée que sa sexualité sera différente de celle de la majorité.

Comment vivez-vous votre homosexualité ?

§  Comment grandit-on en étant homosexuel ?

Equilibre, bien-être.

Pour certaines personnes homosexuelles, la « différence » n’en est pas une.

Elles ont intégré comme étant naturel, comme faisant partie intégrante de leur personnalité ce qui est considéré par d’autres comme une « différence ».

 

Pendant l’enfance, l’adolescence, la vie de jeune adulte, elles rencontrent certes des difficultés, vivent des expériences douloureuses, sont montrées du doigt… Malgré la stabilité de leur existence, leur orientation sexuelle peut aussi être une source de souffrance.

 

Mais l’ouverture d’esprit des parents, des amis, de l’entourage, l’environnement dans lequel elles évoluent, font qu’elles grandissent avec force et courage, dans des conditions harmonieuses, pour vivre leur homosexualité avec sérénité.

Les personnes homosexuelles sont aimées pour ce qu’elles sont et pour qui elles sont.

Elles peuvent alors se réaliser en tant qu’homme ou femme à part entière.

 

Instabilité, mal-être.

A l’opposé, et pour des raisons diverses, les personnes homosexuelles vivent leur orientation sexuelle avec aigreur. Cette « différence » est perçue comme un fardeau, un boulet qu’elles pensent trainer toute leur vie, un sentiment d’être « anormal », voire une réelle injustice…

 

Les troubles surviennent de façon insidieuse, le mal-être s’installe, la confiance en soi s’étiole, le monde s’écroule sous leurs pieds.

Les personnes homosexuelles n’assument pas ce qu’elles sont, elles n’aiment pas qui elles sont.

 

Ce mal-être prend sa source dans un environnement multicritère. Les diktats imposés par la société, l’environnement social et culturel sont des pressions au quotidien : l’environnement familial, amical, social, sportif, scolaire, professionnel.

 

L’environnement familial est le premier repère de tout individu, celui que connait l’enfant dès sa naissance, celui dans lequel il apprend autant les règles, les limites que l’amour parental, les désirs, les jouissances de la vie…

 

Mais cet environnement à vocation de protection peut faire défaut. L’enfant peut grandir en ressentant peu d’amour, voire pas du tout – c’est ce qu’il ressent, ce qu’il croit.

Les parents peuvent ne pas être assez aimants face au besoin de l’enfant. Ils ne lui manifestent pas suffisamment les gestes d’affection nécessaires pour comprendre qu’il est une personne aimante.

Ils n’encouragent pas assez l’enfant, l’adolescent, le jeune adulte pour qu’il intègre des valeurs positives aux moments les plus sensibles de sa construction physique, physiologique, psychologique et sexuelle.

 

Et lors de ces périodes déterminantes pour sa construction psychologique, il ne s’identifie pas à un peuplier, droit, fier, dont la silhouette élancée cherche à toucher le ciel, mais à un olivier dont le tronc noueux et les branches tordues laissent deviner un être recroquevillé sur lui-même, écrasé par le poids de sa différence. Il se reconnait dans le vilain petit canard de la famille, différent des autres. Convaincu que sa vraie personnalité serait rejetée, il fuit les remarques blessantes, se met à l’écart, s’isole et finit par fuir les autres.

 

Pourtant, même s’il perçoit la robustesse de l’olivier et qu’il voit le vilain petit canard se transformer en un cygne majestueux, cela ne change rien. Le manque de confiance s’est installé, le manque d’estime est ancré dans le marbre, il sent que plus rien n’est possible.

 

Il grandit sans pouvoir affirmer « Qui Il Est« , aux personnes qui comptent le plus pour lui. Il va même jusqu’à nier cette réalité, la nier auprès de son entourage, mais aussi envers lui-même. Il refuse tout passage à l’acte « Je ne l’ai pas fait, donc je ne le suis pas ». Il va jusqu’à endosser un costume, porter un masque et commencer à jouer un rôle. Celui de l’hétérosexuel qui évite toute situation compromettante, qui créé des scenarios, qui s’invente une vie bien sous tous rapports, voire qui fuit la compagnie des autres…

§  Comment je m’accepte moi-même ?

Que ce soit ancré en nous depuis toujours ou que l’on ait eu une révélation, les difficultés à assimiler cette découverte sont d’intensité égale. Si se sentir « différent » dès la petite enfance ne se fait pas sans souffrance, remettre brutalement en question, à l’âge adulte, tout ce que l’on a construit, socialement et affectivement, est un réel bouleversement.

 

Le rôle de l’hétérosexuel est une armure. Elle protège de ceux qui pourraient découvrir la vérité « honteuse », l’innommable. La pièce de théâtre semble être à l’affiche encore longtemps.

 

Mais après quelques années de faux-semblants, le sentiment de « différence » méticuleusement caché est devenu envahissant. Le non-dit, les mensonges, la supercherie sont pesants voire écrasants. Au point que l’esprit cogite en tous sens et que le quotidien est ingérable.

Le costume est devenu trop lourd à porter, le masque irritant. L’homosexuel s’épuise à jouer la même pièce de théâtre tant de fois répétée depuis des années. Il est nécessaire qu’elle prenne fin.

 

La difficulté à accepter ce que l’on est dans le regard des autres pousse de nombreux adolescents et jeunes adultes à solliciter, auprès des thérapeutes, une « correction » de ce qui est vécu comme une anormalité, ou à trouver refuge dans le déni ou la dépression.

 

L’homosexuel peut choisir d’en finir. Mettre fin aux douleurs qui le rongent de l’intérieur depuis trop longtemps. Détruire ce qui est inacceptable… voilà la solution ! Les envies de suicide sont maintes fois envisagées, les tentatives sont quant à elles loin d’être exceptionnelles.

La mort sera la dernière scène avant la tombée du rideau final.

L’homosexuel peut également trouver le courage de demander de l’aide.

 

La thérapie est une alternative pour espère-t-il changer d’orientation sexuelle, devenir hétéro

« comme tout le monde ».

Mais le thérapeute n’a pas vocation ni pouvoir de transformer une personne.

Il est là tout d’abord pour accompagner le patient vers l’acceptation de soi, afin qu’il gère son quotidien de son mieux en fonction des outils en sa possession. Cette évolution ne se fait pas en un jour, le cheminement vers le bien-être est une conquête, une nouvelle expérience de vie.

  

Qu’est-ce que l’Homophilie et l’Homo érotisme ?

 

L’homophilie est une attirance affective mais non érotique pour une personne de même sexe.

A l’adolescence notamment, elle peut entretenir la confusion quant à son orientation sexuelle.

 

L’homo érotisme est une approche du corps de l’autre par des caresses, attouchements et masturbations réciproques entre personnes du même sexe.

Elle peut également être une source possible de confusion, une étape courante avant le passage à une sexualité adulte. Laquelle sera orientée, selon le parcours psycho affectif de chacun, vers l’homosexualité ou l’hétérosexualité.

Vous révélez votre homosexualité

v Qu’est-ce que le Coming out ?

L’expression « coming out » vient du verbe anglais

« to come out », qui signifie « sortir de ».

Cette expression a été francisée par l’expression

« sortir du placard ».

Elle signifie sortir de l’endroit dans lequel on se « planque », où l’on cache son désir, où l’on se réfugie parce qu’on a peur de ce qui pourrait arriver si l’on révèle qu’on est lesbienne, gay, bi…

Le coming out désigne l’annonce volontaire d’une orientation sexuelle (homosexualité, bisexualité) par la personne concernée ou d’une identité de genre à son entourage.

C’est un acte très courageux, un moment où l’on s’expose, et que l’on est amené à revivre souvent lorsque l’on parle de soi.

Le coming out est une étape décisive

dans l’acceptation de soi

Dans la vie d’une personne, le coming out est un moment très important. Chacun(e) se souvient du jour où il/elle a annoncé à ses parents, à ses frères et sœurs, à ses amis, à son entourage, qu’il/elle éprouvait un désir pour une personne du même sexe que le sien.

 

Le coming out peut bien se passer, mais parfois il ne se déroule pas aussi facilement qu’on l’espérait.

On ne choisit pas toujours le « bon » moment pour le faire — mais y en a-t-il vraiment un ?

A la souffrance de se sentir « différent des autres », voire « anormal », très souvent s’en ajoute une autre : le rejet brutal de la famille, y compris – et paradoxalement – au sein de celles qui tiennent un discours ouvert et tolérant, mais qui en réalité, envoient inconsciemment des messages contradictoires.

v Qu’est-ce que l’Outing ?

A la différence de l’acte volontaire et personnel qu’est le coming out, l’outing est l’action de dévoiler l’homosexualité ou la bisexualité d’une personne sans son accord.

L’outing peut également désigner l’action de dévoiler le désir d’une personne de vivre dans un genre différent de celui assigné à la naissance.

Dans tous les cas, il s’agit d’une atteinte à la vie privée. Pour la personne « outée », c’est un acte d’une grande violence, qui peut l’exposer et la fragiliser.

Qu’est-ce que l’Homophobie ?

o   Qu’est-ce que l’homophobie ?

Apparu dans les années 1970 le terme Homophobie vient de« homo », abréviation de « homosexuel » (et non pas du radical grec « homo » qui signifie semblable, pareil), et de « phobie », du grec phobos qui signifie crainte.

L’homophobie désigne les manifestations de rejet, exclusion, mépris, haine envers des personnes homosexuelles ou envers l’homosexualité en général, envers des pratiques ou des représentations homosexuelles ou supposées l’être.

 

Les victimes en sont les homosexuels femmes et hommes, mais plus largement, les personnes dont l’apparence ou le comportement dérogent aux représentations traditionnelles de la féminité et de la masculinité.

L’homophobie est un rejet de la différence

Est homophobe toute organisation ou individu rejetant l’homosexualité et les personnes homosexuelles, ne leur reconnaissant pas les mêmes droits qu’aux personnes hétérosexuelles. Dans des cas extrêmes, les personnes homosexuelles deviennent la cible d’une minorité qui a peur de la différence ou qui la rejette. Preuve en est les agressions verbales ou physiques à caractères homophobes que relatent les médias.

o   Comment se manifeste l’homophobie ?

Dans une forme plus quotidienne, elle se traduit par des réactions, avouées ou non, de rejet, d’exclusion :

       Injures verbales ou écrites,

       Moqueries, humiliations, harcèlement,

       Refus de service, dégradations de biens

       Discriminations.

Elle se manifeste dans tous les domaines de la vie, dans toutes les classes sociales :

§  Sphère familiale : parents, frères et sœurs, famille proche

§  Amis, entourage, voisinage

§  Education : collège, lycée, université, grandes écoles

§  Travail : discrimination à l’embauche, refus de promotion

§  Accès aux logements

§  Vie quotidienne, commerces, services, administrations, lieux publics

 

o   L’homophobie face à la Loi.

Depuis 2003 et 2004, la loi française punit plus sévèrement les agressions et les insultes lorsqu’elles sont motivées par l’homophobie. Elles sont tout aussi répréhensibles pénalement que les comportements racistes ou antisémites.

L’homophobie face à la Loi

LOI n° 2008-496 du 27 mai 2008

Article 1. Constitue une discrimination directe la situation dans laquelle, sur le fondement …de son orientation sexuelle, de son identité de genre… une personne est traitée de manière moins favorable qu’une autre ne l’est, ne l’a été ou ne l’aura été dans une situation comparable.

L’article 1er de la loi n°2008-496 du 27 mai 2008 définit la discrimination comme une inégalité de traitement, un traitement défavorable dans un domaine tel que l’emploi, le logement, l’éducation, le service public, l’accès aux biens et aux services… L’orientation sexuelle et l’identité de genre font partie des 23 critères de discrimination, comme le sexe, l’âge, le handicap, l’apparence physique ou encore les opinions politiques et religieuses…

Quelles sont vos attentes ?

L’homosexuel, qu’il soit homme ou femme, n’aspire qu’à une chose, vivre sa vie en étant lui-même, en toute liberté. Cela passe d’abord par l’acceptation de soi. Intégrer ce qu’il croit être une « différence » comme faisant partie intégrante de son être.

Que ce soit dans le cercle familial ou amical, ou dans son environnement au quotidien, il souhaite être accepté pour ce qu’il est, sans jugement, sans ressentir le poids des diktats imposés par la société.

Comment je vous aide ?

Je vous accompagne pour exprimer vos émotions, mieux vous connaitre, vaincre votre timidité, accepter votre homosexualité et libérer votre parole, dépasser le regard des autres et vous affirmer. Amorcer le changement, votre reconstruction afin de vous réapproprier votre vie, votre corps, votre sexualité. Etre en paix avec vous-même pour cheminer vers l’Amour, le Bonheur.